Le suivi du trait de côte et l'Observatoire de la Côte Aquitaine

Le littoral aquitain, qui s’étend sur près de 270 km, est divisé en deux entités distinctes : la côte sableuse au nord et la côte rocheuse au sud. Le risque d’érosion n’y est pas le même : sur la côte sableuse, on parle d’un aléa érosion marine, et sur la côte rocheuse d’un aléa mouvement de falaise. Cependant, qu’il soit marin ou lié à un mouvement de falaise, le recul du trait de côte est inéluctable et généralement irréversible

L’Observatoire de la Côte Aquitaine, initié en 1996, est un outil scientifique et technique d’aide à la décision, à la gestion et à la prévention des risques côtiers.

Son objectif est de mettre à la disposition des gestionnaires publics et de la population, des informations relatives à l’érosion côtière et à la submersion marine. Ses actions sont multiples : mesures, suivis, expertises, diffusion des données et information…

L’Observatoire de la Côte Aquitaine est porté par deux opérateurs techniques : le BRGM et l’ONF, et est co-financé par l’Europe (FEDER), l’État, la Région Nouvelle-Aquitaine, les Départements de la Gironde, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et le Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon (SIBA). Un travail en étroite collaboration est mené avec le GIP Littoral et les universités de Bordeaux (unité mixte de recherche EPOC), de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire SIAME) ainsi que le Centre de la mer de Biarritz (programme ERMMA).

Pour en savoir plus, visiter le site internet de l'Observatoire de la Côte Aquitaine.

Le suivi historique régulier du trait de côte a permis à l'Observatoire de la Côte Aquitaine de produire en 2011 une première projection des reculs du trait de côte aux horizons 2020 et 2040 (rapport BRGM-59095). C'est sur la base de cette connaissance de l'aléa que le GIP Littoral a produit en 2012 la stratégie régionale de gestion de la bande côtière. Les reculs majeurs observés lors des tempêtes de l'hiver 2013/2014 ont rendu obsolète cette connaissance. À la demande de ses partenaires, dont le GIP Littoral, l'Observatoire de la Côte Aquitaine a donc actualisé les projections aux horizons 2025 et 2050 ; ces nouveaux résultats ont été présentés en décembre 2016 (rapport BRMG-66277).